COVID-19 : Les mutations de l’immobilier commercial

Share
29/03/2021
Prospection immobilière

 

Les valeurs locatives sont impactées par la crise sanitaire. Les investisseurs attendent avec impatience la reprise économique. La Covid-19 a conduit le secteur de l’immobilier de commerce à alterner des périodes de fermeture et d’ouverture. A mettre en place des protocoles sanitaires et à gérer la trésorerie… Une situation qui n’avait jamais eu lieu par le passé!

Les surfaces alimentaires font partie de la catégorie des commerces dits “essentiels”, et les français ont beaucoup acheté en ligne. Le commerce spécialisé se porte mal, en 2020 on note une baisse globale du chiffre d’affaires de 18%, selon Procos. Deux secteurs ont payé des additions plus lourdes : l’équipement de la personne et la beauté-santé.

Bilans dégradés 

Le couvre feu et la fermeture des centres de 10 000 mètres carrés, n’ont pas arrangé la situation, en ce début d’année 2021.
Le premier secteur bénéficiaire des prêts garantis par l’Etat ou la PGE (16%) est le commerce. Ce dernier a également eu le plus de reports fiscaux (772 millions d’euros pour 18 363 entreprises). Tous les commerces ont été ravis par les mesures mises en place, cependant il faudra bien les rembourser un jour… Les bailleurs ne sont pas épargnés et leurs bilans sont dégradés. 

Les retail parks se battent en retraite 

« Les ouvertures de nouveaux mètres carrés de commerces, tous formats confondus, ont très nettement diminué en 2020 avec 420.000 mètres carrés en France métropolitaine, soit – 42 % par rapport à 2019 », constate Antoine Grignon, directeur du département commerces. On constate, également, un coup de frein sur les retails parks, avec un record du plus faible volume inauguré ( 160 000 mètres carrés, en chute de 62% sur un an). 

Cependant, les enseignes signent encore des baux. Toutefois, « les corrections de valeurs locatives sont importantes. Le loyer facial est préservé malgré tout, car on fait des aménagements de l’ordre de 5 % à 10 % », déclare Thierry Bonniol, directeur France du département commerce de BNP Paribas Real Estate. Les volumes, du marché de l’investissement en commerces, ont reculé (-4,3 % sur un an).